Bénéfice semestriel à 21,0 millions EUR et valeur de l'actif net à 40,42 EUR par action - Augmentation de l'activité d'investissement dans toutes les plateformes - Gimv fait passer sa joint-venture infrastructure, DG Infra, à la vitesse supérieu

21/11/2013 - 07:00 | Financier

Les résultats du premier semestre de l'exercice 2013-2014 portent sur la période du 1er avril 2013 au 30 septembre 2013. Points clés (consolidation restreinte) Résultats • Résultat net (part du groupe) : 21,0 millions EUR (ou 0,85 EUR par action). • Plus-values nettes réalisées : 15,2 millions EUR. • Plus-values nettes non réalisées : 0,7 million EUR. Fonds propres (au 30/09/2013) • Valeur des fonds propres (part du groupe) : 999,3 millions EUR (ou 40,42 EUR par action) - en légère hausse par rapport au 31 mars 2013, après règlement du dividende et effet de l'augmentation du capital dans le cadre du dividende optionnel. Dividende • Gimv entend poursuivre sa politique de dividende actuelle. Bilan (au 30/09/2013) • Total du bilan : 1 032,6 millions EUR. • Situation de trésorerie nette : 138,0 millions EUR. • Actifs financiers : 855,6 millions EUR. Investissements • Investissements totaux (au bilan) : 70,9 millions EUR. Investissements supplémentaires par les fonds gérés par Gimv : 13,7 millions EUR. Investissements totaux (au bilan et via les fonds de co-investissement) : 84,6 millions EUR. Désinvestissements • Recette totale des ventes provenant des désinvestissements (au bilan) : 50,8 millions EUR. Recettes complémentaires provenant des désinvestissements par les fonds en gestion : 17,5 millions EUR. Désinvestissements totaux (au bilan et via des fonds de co-investissement) : 68,3 millions EUR. • Produits provenant des désinvestissements : 42,9 % au-dessus de leur valeur comptable au 31 mars 2013 et un multiple de 1,0 x par rapport à leur valeur d'achat d'origine. Commentaire L'administrateur délégué Koen Dejonckheere au sujet des résultats du premier semestre : «Au cours de ce premier semestre, Gimv a récolté les fruits des importants investissements réalisés sur le long terme dans le secteur de la biotechnologie et des technologies médicales. Plusieurs désinvestissements ont permis de dégager les moyens nécessaires pour de nouvelles opérations dans ces domaines innovants, qui occupent une place centrale dans la stratégie d'investissement de la plateforme Health & Care. » Et Koen Dejonckheere de poursuivre : « Outre notre souci permanent de créer de la valeur au sein du portefeuille existant, la stratégie de plateformes lancée l'année passée commence également à produire ses effets sur les résultats. Cette stratégie a en effet déjà permis d'augmenter et de recentrer l'activité, avec, à la clé, la finalisation de plusieurs dossiers concrets dans toutes les plateformes. Gimv s'est ainsi engagée à soutenir la croissance à long terme de plusieurs entreprises prometteuses. Parallèlement, force est de constater que plusieurs de nos entreprises continuent de souffrir d'un contexte économique et financier toujours assez fragile. Cela s'est traduit dans leurs résultats et naturellement aussi dans la valorisation de ces participations. » « Au cours de ces derniers mois, nous avons jeté les bases nécessaires à la mise en œuvre de la nouvelle stratégie. Nous sommes heureux de constater que celle-ci, qui se caractérise par une approche proactive d'entreprises de croissance triées sur le volet, porte déjà ses fruits. Notre bonne connaissance des secteurs et notre capacité à trouver les moyens d’y créer de la valeur nous permettent de nouer un dialogue fructueux avec les entrepreneurs et les entreprises concernés » explique le président de Gimv Urbain Vandeurzen. « Au sein de notre plateforme Sustainable Cities, nous avons décidé de faire passer notre franchise spécialisée dans l'infrastructure à la vitesse supérieure. En plus de son activité de gestionnaire de fonds, la joint venture DG Infra développera aussi des projets d'infrastructure en vue d'une valorisation ultérieure. Outre l'apport supplémentaire des sponsors, DG Infra étudiera également les pistes possibles pour engager des ressources additionnelles provenant des investisseurs externes, et ce dans le but d'investir dans des projets d'infrastructure tant en Belgique que dans les pays voisins au cours des prochaines années. Combiné aux moyens mis à disposition par nos partenaires financiers, cela permettra de réaliser d'importants projets, pour un effet multiplicateur non négligeable » ajoute-t-il en conclusion.

Tous les communiqués de presse