Impact négatif de valorisation suite à turbulences sur marchés financiers dépasse résultat positif réalisé - Solide base de financement principalement utilisée au profit de projets de croissance - Valeur d'actif nette baisse de 7% à 41,44 EUR pa

17/11/2011 - 07:00 | Financier

Les résultats du premier semestre de l'exercice 2011-2012 concernent la période du 1er avril 2011 au 30 septembre 2011.

Points clés (consolidation restreinte)

Résultats

  • Résultat net (part du groupe): -74,3 millions EUR (ou -3,21 EUR par action)
  • Plus-values nettes réalisées: 49,9 millions EUR
  • Moins-values nettes non réalisées: -123,8 millions EUR, ceci à la suite de la chute des cours de la bourse et de la modification des multiples qui en a découlé

Fonds propres

  • Valeur des fonds propres (part du groupe): 960,3 millions EUR (ou 41,44 EUR par action)

Dividende

  • Même dans les circonstances de marché difficiles actuelles, Gimv vise à de maintenir sa politique de dividende

Bilan

  • Total du bilan: 1 017,4 millions EUR
  • Situation de trésorerie nette: 222,3 millions EUR
  • Actifs financiers: 759,2 millions EUR

Investissements

  • Investissements totaux (au bilan): 79,2 millions EUR.
    Investissements supplémentaires par des fonds gérés par Gimv: 55,3 millions EUR.
    Investissements totaux (au bilan & via les fonds de co-investissement): 134,5 millions EUR.
  • 44% (35,0 millions EUR) dans Buyouts & Growth, 35% (28,0 millions EUR) dans Venture Capital et 20% (16,2 millions EUR) dans les fonds de co-investissement.
  • 27% (21,2 millions EUR) en Belgique, 13% (9,9 millions EUR) aux Pays-Bas, 22% (17,4 millions EUR) en France, 10% (8,1 millions EUR) en Allemagne, 15% (11,9 millions EUR) dans le reste de l'Europe, 5% (3,8 millions EUR) aux États-Unis et 9% (6,8 millions EUR) dans d'autres pays.
  • 27% (21,1 millions EUR) dans 6 nouveaux investissements directs, 21% (16,7 millions EUR) dans des investissements de suivi directs, 20% (16,2 millions EUR) via des fonds de co-investissement et 32% (25,1 millions EUR) dans des fonds de tiers.
  • Principaux investissements: ActivePath, Ebuzzing, ExpertPhoto, Multiplicom, PinguinLutosa, Studiekring et Ubidyne.

Désinvestissements

  • Revenus totaux des ventes provenant des désinvestissements (sur bilan): 133,6 millions EUR. Revenus complémentaires provenant des désinvestissements par les fonds sous gestion de Gimv: 26,5 millions EUR. Désinvestissements totaux (au bilan & via des fonds de co-investissement): 160,1 millions EUR.
  • 87% (115,7 millions EUR) dans Buyouts & Growth, 9% (11,9 millions EUR) dans Venture Capital et 4% (6,0 millions EUR) dans les fonds de co-investissement.
  • 82% (109,1 millions EUR) en Belgique, 2% (2,2 millions EUR) aux Pays-Bas, 6% (7,8 millions EUR) en France, 4% (5,4 millions EUR) en Allemagne, 2% (2,7 millions EUR) dans le reste de l'Europe et 5% (6,4 millions EUR) aux États-Unis.
  • 1% (1,0 million EUR) de prêts, 90% (120,8 millions EUR) de participations non cotées en bourse, 3% (4,1 millions EUR) de participations cotées en bourse et 6% (7,7 millions EUR) de fonds de tiers.
  • Revenus provenant des désinvestissements: 61,1% au-dessus de leur valeur dans les fonds propres au 31 mars 2011, et un multiple de 2,8 x par rapport à leur valeur d'achat d'origine.
  • Principaux désinvestissements: ADA Cosmetics, Innate Pharma, Plexxikon (paiement différé), Scana Noliko.

Commentaire
L'administrateur délégué Koen Dejonckheere au sujet des résultats du premier semestre: «La crise de l'euro et les turbulences qui en ont découlé sur les marchés financiers ont clairement eu un impact sur la valorisation du portefeuille. D'un point de vue intrinsèque, nos participations ont évolué de manière satisfaisante. Par ailleurs, nous sommes à nouveau parvenus à céder plusieurs participations à des conditions attrayantes, ce qui nous a permis de garder notre capacité d'investissement intacte. »

« Les incertitudes économiques actuelles et la forte volatilité des marchés financiers rendent toute introduction en bourse quasiment impossible. Ce contexte n'est pas non plus favorable aux opérations de fusions et d'acquisitions. En outre, le ralentissement de la croissance mondiale nous incite à la prudence et nous pousse à rester très sélectifs dans nos décisions d'investissement. Nous privilégions donc les projets de croissance ambitieux», poursuit-il.

«Au fil des ans, Gimv a bâti une plateforme de grande valeur», explique le président Urbain Vandeurzen. « L'environnement dans lequel les entreprises de notre portefeuille opèrent devient néanmoins de plus en plus complexe et globalisé. Voilà pourquoi Gimv doit sans cesse adapter son modèle. Plusieurs priorités stratégiques seront, dans ce cadre, approfondies. Tout d'abord, nous allons encore mettre davantage l'accent sur la création de valeur. Nous allons non seulement nous focaliser sur les entreprises qui veulent et qui peuvent faire la différence, mais nous allons aussi les accompagner dans leurs choix stratégiques de croissance. En second lieu, nous allons également rester attentifs à la dimension internationale. Nous constatons en effet qu'il existe de nombreuses possibilités d'expansion pour nos participations, tant sur nos marchés domestiques que sur les marchés émergents en plein essor. En tant que partenaire de ces entreprises ambitieuses, nous voulons les encourager à saisir ces opportunités et les accompagner activement dans leur expansion internationale. Enfin, nous devons également oser penser aux économies d'échelle. Plusieurs possibilités s'offrent à nous, comme renforcer notre portée internationale ou conclure des partenariats, mais aussi étendre les moyens financiers gérés par Gimv.»

Tous les communiqués de presse